Clinique de Repentigny (450) 581-9614

Nous passons une grande partie de notre journée en position assise; transport, travail, divertissement. Ce fait n’est pas sans conséquences et est identifié comme un facteur notable ayant le potentiel de causer des épisodes de problèmes lombaires et cervicaux.

En effet, les études de Nachessom dans les années 60 ont démontré que lors de la station assise, les derniers disques lombaires étaient soumis à 40% de plus de pression interne que lors de la station debout ( et 6-7 fois plus que lors de la position couchée sur le dos ). De plus, combinée à la position de flexion qu’adopte la région lombaire, cette pression tend à pousser le noyau gélatineux vers l’arrière, la partie la plus faible du disque, qui finira par fissurer les différentes couches de tissus fibreux. Une déformation postérieure pourra survenir, donnant naissance à un «épisode» douloureux.

Aussi, une posture assise «négligée» aura des répercussions jusqu’à la région cervicale: en projetant le menton vers l’avant, des pressions et tensions potentiellement néfastes s’exerceront sur les structures discales, facettaires et musculaires du cou, particulièrement vers les étages C5 à D1.

Ambroise Courteau pht