Clinique de Repentigny (450) 581-9614

Depuis plusieurs décennies, les entraîneurs, éducateurs physiques, médecins, physiothérapeutes, professionnels de la santé proposent des exercices d’étirements musculaires

Si vous répondez par vrai ou faux à ces quatre questions quelles sont vos réponses

Les étirements permettent d’allonger les muscles et tendons

vrai  □            faux  □

Les étirements améliorent la performance athlétique

vrai  □            faux  □

Les étirements réduisent les douleurs musculaires post exercices

vrai  □            faux  □

Les étirements réduisent le risque de blessures

vrai  □            faux  □

Si vous avez répondu vrai à toutes ces questions, eh bien, vous avez tout faux.

Les étirements ne permettent  pas d’allonger les muscles et tendons . Une étude du tendon        d’ Achille ( Konrad et al 2014) à l’aide de l’échographie  a démontré que la longueur du fascia et du tendon n’était pas modifié avec les exercices d’étirements. L’hypothèse des chercheurs à l’effet que le gain de mouvement était causé par des changements structurels dans les tendons et muscles s’est avérée non significative. Il semble que les gains de mouvements par les athlètes  soit dû à une plus grande tolérance à l’étirement ( Weppler & Magnusson 2010)

Les étirements n’améliorent pas la performance . (Winchester et al 2008) ont étudié des jeunes sprinters et leur étude a démontré que les exercices d’étirements continus avant la course avaient pour effet d’augmenter le temps d’un sprint de 40 verges. Une méta analyse de 104 recherches différentes sur la performance avec des exercices d’étirement conclue: L’utilisation des exercices d’étirements continus comme seule activité de réchauffement avant une performance devrait être évitée. 

Les étirements post-exercices ne réduisent pas les douleurs musculaires

Une revue Cochrane de 2011 basée sur 12 études faites durant les 25 dernières années conclue que les étirements statiques ne préviennent pas les douleurs musculaires qui surviennent entre 8 et 24 heures après un effort vigoureux. «L’évidence scientifique suggère que les étirements musculaires fait avant, après ou avant et après les exercices ne permet pas une diminution significative des douleurs musculaires post-exercices chez un adulte en santé» ( Herbert et al 2011) 

Il semble bien que la meilleure manière de diminuer les douleurs musculaires soit de progresser graduellement les exercices en intensité et en quantité

Les étirements ne diminuent pas le risque de blessures.

Trois revues systématiques de littérature scientifique ont eu la même conclusion :Les étirements statiques continus ne sont pas bénéfiques pour la prévention de blessures sportives ( Thacker et al 2004, Hart 2005, Lauersen et al 2014)

Une étude en Norvège en 2007 a démontré auprès de deux équipes élites de soccer que les exercices de renforcement excentriques étaient efficace pour obtenir une diminution des blessures aux ischio-jambiers ( Arnason er al 2007) et qu’il n’y avait pas de différence de blessures des ischio-jambiers entre les équipes qui s’étiraient et celles qui ne le faisaient pas ( Arnason et al 2008)

A quoi servent donc les étirements ?

Il semble que ce ne soit que pour améliorer l’amplitude articulaire et musculaire et rien d’autre. Les gymnastes, danseurs de ballet et autres athlètes nécessitant une très grande amplitude de mouvement vont continuer à s’étirer.

Cependant ceux qui n’ont pas besoin de grande amplitude ne semblent pas avoir besoin de s’étirer avant une performance.. Il n’y a qu’à regarder le comportement des skieurs de fin de semaine ou des adeptes de tennis ou golf.Cela explique peut-être pourquoi les gens actifs qui font du sport n’ont pas un taux de blessures si élevé même sans s’étirer avant ou après leur activité